Rencontre au Node : La ruche qui dit oui et Scoovie

Dans Consommation collaborative 6 commentaires

En ce premier jour de voyage, nous avions déjà prévu quelques rencontres : Blandine Grandchamp et Krista Vandermeulen.

Le lieu de rendez-vous était fixé : Le Node, espace de co-working en plein centre de Bordeaux, ouvert depuis Septembre. Il appartient au réseau des cantines numériques. Le bâtiment propose différentes zones propices à l’échange et au travail de groupe : petit coin restauration/bar, tables modulables, poufs, salles de réunion… Le tout dans une ambiance décontractée facilitant la collaboration. Des animations y sont organisées afin de stimuler le partage entre les usagers du lieu. En exemple, la journée de notre passage, un « Mardipizza » était mis en place afin de réunir, autour d’un déjeuner, plusieurs participants (co-lunching). C’est Aquinum qui est derrière le Node. Cette association regroupe les acteurs du numérique sur la région Aquitaine (environ 170 membres).

Le Node, espace de co-working

Nous avons rencontré Blandine Grandchamp, adhérente d’Aquinum et surtout, pour ce qui nous intéresse en particulier, nouvelle responsable de la Ruche de Bassens (de la Ruche qui dit oui). Elle nous a donc exposé le fonctionnement et le principe du réseau, mais également le rôle d’un responsable de ruche (de la dynamisation du réseau de consommateurs, à la recherche de fournisseurs, en passant par l’organisation des ventes). Puisqu’une vidéo vaut mieux que 1000 mots, voici une petite vidéo descriptive du principe de la Ruche qui dit oui.

Blandine nous apprend que le temps à consacrer pour la bonne gestion d’une Ruche, par le responsable, peut être estimé à environ un jour par semaine (organisation des ventes, récupération des commandes,…). Cela nécessite donc une réelle organisation et une bonne motivation. Le panel des produits est variés : légumes, fruits, viandes, mais aussi vins et parfois cosmétiques.

Le concept est souple, ce qui le différencie des AMAP ; en effet, pour ces dernières, le panier est souvent imposé au consommateur. Ici, c’est bien chacun des participant qui commande ce qu’il souhaite, à la fréquence voulue. C’est un succès, puisqu’en 18 mois, le réseau compte un peu plus de 200 ruches sur le sol français.

Notre deuxième rencontre, Krista, nous a permis de découvrir Scoovie. Scoovie, est basé sur un concept très intéressant. L’idée est en effet de s’échanger des services, de faire des dons d’objets inutilisés, le tout étant régulé par une « monnaie virtuelle », le Scoovie. Au niveau des services, 1 minute = 1 scoovie. Par exemple, tondre une pelouse pendant 1 heure vaut 60 scoovies. Ainsi, chacun propose des services ou objets sur la plateforme. En retour, il peut « acheter », via les scoovies récupérés, d’autres services/objets proposés par d’autres « scoovers », les utilisateurs de la plateforme.

La version définitive officielle du site a été lancée en janvier 2013. Il y’a déjà plus de 80 familles inscrites, ce qui représente un début très encourageant. On souhaite une excellente réussite à Scoovie !

Blandine et Krista, au Node

6 commentaires

  1. FREULON |

    J’aime beaucoup le principe de la « RUCHE » et en plus çà nous parle à nous les « FREULON »

    Répondre
  2. Superscoover |

    Quelle belle rencontre avec les deux globetrotters! Je vous souhaite beaucoup de succès avec votre projet qui vous procurera certainement une richesse humaine inestimable! En tout cas, le départ a été donné à Bordeaux….

    Répondre

Qu'en pensez vous ?

  • *