Parque nacional do Peneda-Gerês

Dans Parc national 7 commentaires

Sueli et Maria habitent à Vieira do Minho,  une commune de 13000 habitants constitués de nombreux hameaux, le tout se situant à une quinzaine de kms du Parc. Les alentours du village sont très beaux. Une petit vallée encaissée et entourée de quelques monts.  Les gros blocs de granit sont partouts et fournissent la matière première à la construction des maisons. Les Orangers et Mandariniers sont plantés sur les jardins en terrasse et leurs fruits amènent une touche de peinture vive au tableau. On l’a déjà dit, c’est beau.

Les journées de jeudi et vendredi sont bien ensoleillées (17 degrés à l’ombre) et pour les oiseaux c’est le printemps. Le Serin cini et le Rougequeue noir y croient en tout cas. La Mésange noire domine numériquement le genre. Un mâle de Bouvreuil fait la fête aux bourgeons d’un arbuste. Quelques Fauvettes pitchous et Bruants fous, tout de même, pour changer du cortège des oiseaux du bocage mayennais.

Vendredi, Sueli nous propose de nous emmener dans quelques sites du Parc, sans-doute parmi les plus touristiques. D’abord le Miradouro velho que nous atteignons après plusieurs lacets dans une fôret mixte de Pins et de Chênes principalement. Il offre un point de vue sur la petite ville de Gerês, la vallée et les monts alentours. Nous nous dirigeons ensuite vers le site de Cascata do arado. Nous remontons sur quelques centaines de mètres le torrent qui se fraie un chemin entre les chaos granitiques pour arriver sur la cascade. C’est bien agréable de profiter du lieu, sans la foule qui afflue à la belle saison. Pour l’ornitho, pas grand chose à se mettre sous la dent bien que ça semble franchement propice au Grand-Duc.

Le lendemain, nous espérons partir tôt et profiter d’une journée complète dans le Parc. C’est la croix et la banière pour obtenir des informations sur les bus qui mènent au Parc. Il y en a pourtant. Donc nous ne remercions pas les offices du tourisme de Vieira do Minho et de Rio Caldo. Enfin nous payons pour apprendre, puisque de notre côté la préparation était insuffisante. Résolus à y aller en stop, il aura fallu un bon gros coup de chance et Felipe rencontré la veille dans son café, qui passait par là, sans quoi… Il nous emmène à Campo do Gerês,  à l’unique camping ouvert du secteur. L’après-midi, nous partons randonner pour nous rendre à Vilarinho das Furnas. Ce petit village typique a été en grande partie englouti dans les années 30 par la construction d’un barrage sur la rivière Homem. Le site du village est superbe. D’un point de vue paysager, c’est clairemement la partie la plus proche du village qui est la plus intéressante mais ça valait le coup. Arrivés sur le site nous pouvons observer un Faucon pèlerin harceler une Buse pendant 5 bonnes minutes et quelques acrobaties. Sinon toujours peu de bestioles: un Bouvreuil, des Hirondelles des rochers, passereaux  communs. Nous ne verrons pas de reptile, malgré de belles apparitions du soleil.

Enfin dimanche, dernière visite du Parc. Nous décidons de relier Campo do Gerês à Gerês. La première partie, qui emprunte la petite route, est super. Le décor ressemble plus à ce que nous imaginions et à ce que nous avions lu. Les Bruyères et les Ajoncs couvrent le versant, agrémenté de quelques Pins épars et toujours des blocs de granit. Nous n’avons rencontré aucune voiture sur la première heure et demie de marche, ce qui n’est visiblement pas le cas de cette Vipère de Séoane probablement écrasée la veille ou l’avant veille. A moins que l’origine de sa mort soit plus malveillante. On a pu aussi voir l’Alouette lulu, le Pic épeiche, le Bruant fou, Mésanges et Roitelets. La seconde partie fut moins intéressante et beaucoup plus longue. Nous quittons la route pour un sentier semé d’embuches. La végétation change avec le changement de versant. Nous voilà dans une jungle de Mimosas et comme la pluie a redoublé, c’est la douche! Donc si vous avez l’occasion de relier ces deux villages nous vous conseillons la route de bout en bout, au moins en cas de mauvais temps.

Nous quittons donc le Parque Nacional do Peneda-Gerês un peu frustrés par le peu de temps que nous y avons passé mais avec quelques enseignements quant à la manière d’appréhender les visites des Parcs, de belles images et l’envie d’y revenir.

Hauteurs de Vieira do Minho

 

Depuis le Miradouro velho

 

Cascata do arado

 

Cascata do arado

 

Cascata do arado

 

Camping Parque de Cerdeira

 

Campo do Gerês

 

Retenue du Barragem de Vilarinho das Furnas

 

Barragem de Vilarinho das Furnas

 

Retenue du Barragem de Vilarinho das Furnas

 

Vilarinho das Furnas

 

La brume tombe vite

 

Cadavre de Vipère de Séoane-40 cm-Campo do Gerês

7 commentaires

  1. FREULON |

    Bravo pour ces commentaires-nouvelles très agréables ! Bravo pour les superbes photos qui font rêver (j’apprécie particulièrement les paysages rocheux avec cascade et torrent) ! La tente est enfin étrennée ! Continuez comme cela à nous faire voyager avec vous, à nous en mettre pleins les yeux, à nous donner des adresses ou des sites à aller voir, à nous faire partager vos superbes rencontres et bien sûr à nous donner des nouvelles !

    Répondre
  2. Nico |

    Vraiement intéressant cet article et bravo pour les infos « techniques » !
    Bonne route et vivement la suite…

    Répondre
  3. Valou |

    Coucou,
    Je suit en silence votre balade depuis le début, en attendant impatiemment el primer parco, et le voilà…Je ne suis pas déçue, photos et récits sont superbes, comme une impression d’avoir fait quelques pas avec vous! Je reste complètement emballée par votre projet, voir plus depuis la tenue impecable de ce site qui nous évite de louper trop de miètes de votre vie d’immigrés! Belles balades à poursuivre les p’tits loups, continus sur ta lancée Seb, tu gères! Des gros bécos de la sédentaire…

    Répondre
  4. Patrice D. |

    Seb,

    J’apprécie les textes et les photos et suis aussi épaté par la performance informatique du blog. Et bien sûr par votre aventure et votre organisation – profitez-en un max ! Bravo.

    Bonne continuation à tous les deux. Patrice D (le voisin)

    Répondre
  5. Chavier |

    Bon mon gars’d'seb, c’est avec du retard que je rejoins ton aventure…
    Bon entre temps je suis allé me frotter avec des hooligans russes à Saint -Petersbourg.

    Comme promis voici ma rubrique du tour des stades en fonction de ton périple.
    D’après le calendrier tu devrais après ton passage dans la capitale Ibérique te rendre à Barcelone aux alentours du 27 – 28 février.

    Donc rien de mieux pour commencer mon tour des stades, que le match le plus médiatique du monde le « Classico ».
    Demi finale aller de la copa del rey au « Nou camp », le 27 février à 21h00,
    prix moyen d’une place 200 €, si tu files un rein à Abidal c’est gratuit!!

    Répondre

Qu'en pensez vous ?

  • *