Parc National Malá Fatra

Dans Parc national 2 commentaires

Le Parc National englobe en grande partie le massif montagneux Malá Fatra situé au Nord-Ouest de la Slovaquie. Il fait partie de la chaîne des Carpates et en particulier des Carpates occidentales. Notre point de chute est Terchová, à l’entrée du parc. Il n’y a qu’un Couchsurfer se revendiquant de ce petit village. Il s’agit de Marek. On le contacte pour pouvoir laisser un de nos sacs avant de partir randonner et revenir le voir dans 3 ou 4 jours. Il accepte, et c’est pour nous une précieuse aide.

On souhaite rejoindre Robert qui arrive mardi avec sa classe. En attendant, on prend quelques informations pour réaliser une première rando qui doit nous emmener à Štefanová. Le temps est radieux et on se lance à l’assaut du chemin qui démarre assez raide pour rejoindre le point culminant Boboty, à 1100 m. Quelques rafales plus tard, ça redescend aussi sec au milieu des pins pour aboutir sur une clairière. Le lieu semble idéal pour camper, malgré l’interdiction formelle de le faire. On décide tout de même de jeter un coup d’œil à Štefanová. Nez fin, car le temps de parcourir le village et la météo devient très orageuse. Le choix du camping est abandonnée, direction une des pensions du village. Le bus du lendemain matin est bondé d’adolescents et on y retrouve notamment la bande à Robert. Prof de gym, il a la lourde tâche d’encadrer une quinzaine de collégiens fortement « motivés », surtout en cette fin d’année scolaire. On attise la curiosité parce-qu’on est Français, ou plus probablement parce-qu’ils (elles) ont 15 ans. On dort dans une pension, le Chata Vratna, au pied du Veľký Kriváň, point culminant du parc. On y reste 2 nuits.

La première journée, Robert, accompagné de son assistante « médicale » Catherine, souhaite emmener la troupe à quelques mètres du Veľký Kriváň. C’est le début du concert de gémissements, de plaintes voire de pleurs. Si quelques-uns s’en sortent sur ce parcours proposant un joli dénivelé, ça sent la grosse étape de montagne pour les autres, qui se font distancer. A base de nombreuses pauses, on parvient à se hisser sur les hauteurs, avec une vue imparable sur Terchová et Štefanová, entre autres. Mais c’est la rebellion dans le peloton et le choix de ne pas continuer la randonnée est unanimement prise par les scolaires. Robert est dépité. Mais on découvre les coulisses de la profession : il ne se laisse pas abattre et élimine un shoot de Vodka dans le dos des étudiants. Une pensée à nos anciens profs. Ceci expliquerait parfois cela.

Nous continuons seuls la randonnée sur les conseils de Robert. Le sentier épouse la crête en passant par les sommets de Chleb, Hromové et Południowy Gruń, respectivement 1647 m, 1636 m et 1460 m. Vue superbe des deux cotés d’autant plus que le ciel se dégage. Les ados ont raté le coche.

Le lendemain, c’est journée de détente à Gruń, cottage offrant une aire de jeux pour enfants. Une autre classe de minots nous accompagne. Ils ont une dizaine d’années et sont pleins d’énergie. Ils nous harcèlent de questions dès le matin, souvent très pertinentes : « Do you speak french? ». Ils avalent le chemin menant à Gruń et se ruent sur le petit terrain footballistique que propose l’une des rares zones planes du coin. On y découvre un futur Paul Gascoigne, un Matuidi blanc et une Marinette Pichon junior. C’est cagnard au stade.

On remercie Robert pour son invitation et on souhaite bonne chance aux étudiants pour la suite.

Arrivée sur Štefanová

Avant l’orage

François?

Veľký Kriváň

Pendant que les ados retournent à leurs smartphones

Vipère péliade

Chemin de crêtes

Coché

Robert

3 d’entres eux ne sont plus des élèves. Saurez-vous les retrouver?

2 commentaires

  1. joseph |

    Ha! Ces ados ,ils ne savent plu profiter des belles choses , surtout quand ça fait mal aux jambes.Bravo pour votre balade et bonne route.

    Répondre

Qu'en pensez vous ?

  • *