Parc National du Triglav, Ljubljansko Barje, Cascades de Pekel, Lac de Cerknica

Dans Parc national 6 commentaires

Le parcours défini est conçu de telle façon que nous puissions visiter un maximum de pays et de parcs, de manière optimale, en fonction des saisons. En clair et grossièrement: l’hiver dans les pays méditerranéens et l’été dans les Pays baltes.

 Parc National du Triglav, le 19/03/13

Le Parc National du Triglav est l’unique Parc National slovène et nous y passons en mars. C’est peu dire que ce n’est pas la meilleure période pour visiter un parc alpin mais il y avait un espoir… vite douché par les chutes de neiges très importantes de la journée de lundi, date d’arrivée a Bohinj, aux portes du Parc. La journée de mardi est très ensoleillée et grâce au concours d’Eva, nous nous rendons aux abords du Lac de Bohinj. C’est un lac naturel de 318 ha (106 fois le plan d’eau du Buret) et d’une profondeur maximale de 44 mètres. Il est complètement gelé et la vie n’y est pas très apparente. Malgré tout le décor naturel, les petits villages sont très beaux. Nous nous dirigeons ensuite vers Stara Furzina  pour y prendre la télécabine et rejoindre Vogel, la station de ski locale. Nous sommes accueillis par les Chocards. Le point de vue sur la région est superbe.

L’après-midi est consacrée a une rando en raquette, unique manière que nous ayons trouvée pour arpenter le secteur. Le mouvement des ruisseaux rompt avec cette nature figée. Les Epicéas et les Noisettiers sont les ligneux les mieux représentés. Du côté des bestiaux, la neige est parcourue d’empreintes de Chevreuils. Nous en verrons quelques-uns. Les Corneilles mantelées et les Grands Corbeaux seront les seuls animaux exotiques observés pour des gars du bocage.

Plus de photos ici

Plongeon arctique, Lac de Bled

Ljubljansko Barje, le 21/03/13

Les Marais de Ljubljana constituent un espace protégé pour différents types d’habitats et certaines espèces d’oiseaux. Ils s’étendent sur une superficie de 14000 hectares, juste au sud de la capitale slovène que l’on peut rejoindre en une demie-heure de vélo. Ce sont de grandes prairies inondables de part et d’autres de rivières: la Ljubjlanica, l’Iščica, l’Iška, la Bistra… Ces marais évoquent un peu les Basses Vallées Angevines a la différence notable qu’ils sont encadrés par des collines et qu’une partie des Alpes Juliennes est toujours visible a l’horizon.

Nous arrivons donc par le train a Notranje Gorice, village au coeur de la zone protégée. Nous cherchons en vain le point d’information indiqué par notre document. A cette époque de l’année, le moyen le plus simple de parcourir le marais est de suivre les routes qui le traversent ou le bordent car la plupart des sentiers est sous l’eau. On peut aussi s’enfoncer dans les prairies les moins humides pour s’approcher un peu et cela sans risquer la désapprobation du propriétaire. Pour le visiter plus complètement, l’idéal aurait été d’avoir un vélo. C’est donc a pied que nous nous dirigeons vers Podpeč. Malgré l’aspect propice, nous observerons finalement assez peu d’oiseaux: Vanneaux huppés, Faucon pèlerin, Busard des roseaux, Moineaux friquets ainsi que 3 chanteurs de Pic cendrés dans les boisements environnants. Pour relativiser nous n’avons vu qu’une petite partie du marais.

Notre prochain couchsurfing n’est prévu que le lendemain soir alors nous mettons le cap vers une église, au sommet d’une colline, comme il y en a beaucoup dans le coin. Le point de vue sur le marais, les collines et les montagnes enneigées est superbe et le coucher de soleil finit d’emballer le paquet cadeau. Nous trouvons une bonne place pour installer la tente mais visiblement le gars qui traîne avec son chien n’est pas là pour simplement le promener,  mais plutôt pour garder les alentours de l’église. On s’éloigne un peu, encore lui qui surgit au détour d’un chemin. Finalement nous finirons par trouver un endroit un peu plus bas. Moyennement planqué mais comme il commence a faire nuit…

La température a bien chuté pendant la nuit et le sommeil fut compliqué. En rangeant la tente, on s’aperçoit que de la glace s’est formée sur les parois. Cela dit, le décor au lever du jour nous réchauffe carrément, le marais est tout blanc et c’est beau. On repart direction Borovnica, nous profitons d’un sentier qui traverse une partie un peu plus sèche du marais pour prendre un petit déjeuner sous un grand soleil.

 

Carte de Ljubljansko Barje

Montagnes au loin

Marais

Prononcez « Peau d’peche »

Vue dégagée

Soleil couchant sur les marais

On a connu plus discret

Soleil levant

Cascades de Pekel-Pokojišče-Borovnica, le 22/03/13

Arrivés à Borovnica, nous relançons Zan, inscrit sur couchsurfing et qui se proposait de nous inviter à prendre un café, faute de pouvoir nous héberger dans la maison de ses parents. On lui demande quelques renseignements sur d’éventuels sentiers dans le marais et nous confirme que c’est compliqué en ce moment. Il nous parle alors d’une petite promenade qui mènent a des cascades. Nous laissons volontiers nos sacs chez lui et nous partons, sans réel enthousiasme, un peu naze et un peu con pour ma part vers le départ de la rando. Au bout de 10 minutes  deux gars nous klaxonnent, ce sont deux potes de Zan et nous embarquent en voiture jusqu’au départ du sentier. Cette aide sera précieuse. En fait, le décor est vraiment sympa. Le torrent se fraie un chemin entre les rochers et au fur et a mesure de notre ascencion, les cascades se succèdent. Pour toutes les voir, il faut emprunter un chemin un peu difficile. Les personnes sujettes au vertige ou a la condition physique déficiente (c’est a dire en-dessous de 5 sur l’echelle de Roland Lemercier) sont priées de s’abstenir. La neige, encore présente par endroit, rend le cheminement un peu dangereux. En haut de la cinquième et dernière cascade indiquée, nous arrivons sur un plateau couvert par la forêt. Les Hêtres et les Epicéas se partagent l’espace. L’ambiance est indescriptible, la forêt semble très vieille et son aspect est naturel. Nous n’avions jamais vu de foret! Les empreintes sont très nombreuses dans la neige: Chevreuil, Cerf, Blaireau, c’est pédagogique. Plus loin, nous tombons sur d’autres empreintes beaucoup plus grosses. Ok, il y en a. Gros moment d’excitation! Nous ne suivrons pas ces traces…Pas sûrs d’avoir envie et n’étant pas certains de bien savoir ou nous sommes, il convient de ne pas traîner avant de se faire cueillir par la nuit. Avant de quitter la forêt, nous verrons un rapace de bonne taille s’envoler d’un Epicéa en silence, peut-être une Chouette de l’Oural… Nous arrivons ensuite pres du hameau de Pokojišče. Changement de paysage. Des fermes, des prés vallonnés, quelques arbres épars, c’est pas mal non plus. Enfin nous redescendons par la petite route vers Borovnica. Un panneau affiche une pente a 18% de moyenne sur 4 km, gros défi pour le cyclotouriste.

Nous qui pensions partir pour voir deux malheureuses cascades, nous rentrons en ayant fait une (la?) plus belle rando de notre jeune carrière. Merci Zan!

Sentiers de randonnées de Pekel

Ours brun slovène en Slovénie

Gros chien ?

Cerf

Plateau de Pokojišče

Eglise de Pokojišče

Cascades de Pekel

Cascades de Pekel

 Le Lac de Cerknica le 23/03/13

Pour une journée, nous quittons les environs de Borovnica pour nous rendre auprès du Lac de Cerknica, un peu plus au Sud et inclus dans le Parc naturel régional de Notranjska. Le train (vraiment pas cher) nous laisse à Rakek. Un contrôle de police plus tard, le cuistot de la pizzeria dans laquelle nous prenons un café, se propose de nous déposer a Cerknica, où il réside. On en profite pour découvrir un peu de rap balkanique, vraiment pas mal.

Le Lac de Cerknica est le plus grand lac intermittent d’Europe. Jusqu’à 29 km2 quand il est plein, ce qui est le cas en ce moment. Il peut disparaître totalement en été. Nous parcourons à pied le km qui nous sépare de Dolenjezero, plus au Sud. Ici c’est une vaste plaine agricole sans grand intérêt paysager. A cette époque de l’année, l’intérêt du lac est surtout ornithologique, le paysage étant peu varié et peu coloré. Nous longeons donc le lac sur quelques kms. Pour explorer le secteur plus complètement, le vélo et la longue-vue auraient été les bienvenues, les oiseaux se tenant a bonne distance. Donc juste un échantillonage sur 3kms de chemin au bord du lac: >20 Grèbes huppes, >150 Canards colverts, >10 Sarcelles d’hiver, >45 Sarcelles d’été, 3 Canards souchets, 8 Garrots a oeil d’or, >15 Fuligules milouins, >30Fuligules morillons, >200 Foulques macroules, >10 Grandes aigrettes, 1 Cygne tuberculé, 1 Busard des roseaux, 2 Busards Saint-Martin, Hirondelles rustiques, de fenêtre, de rivage, 1 Bouvreuil, Pouillots véloces, 1 Huppe fasciée, Rougequeues noirs, Rougegorges, Pinsons des arbres, Bruants jaunes. D’apres la documentation, le printemps est la meilleure saison pour y venir.

Carte du Lac de Cerknica

Lac de Cerknica

Lac de Cerknica

Lac de Cerknica

 

6 commentaires

  1. mimi |

    sublime les paysages des cascades !!! et la trace d’Ours…. flippant !!
    quand a votre endroit pour planter la tente…. au milieu du chemin… c’était en effet pas très discret !!

    Répondre
  2. Seb G. |

    Je suis votre périple depuis le début, et il faut avouer que tous les paysages montrés donnent envi d’être traversés ! Cela doit être vraiment intéressant de découvrir de nouveaux paysages et de nouvelles espèces à chaque coin de (rue) pays ! Merci de nous le faire partager! bonne continuation !

    Répondre
  3. ro |

    Ca flaire bon la truite ces petits ruisseaux slovaques !! ;D Bonne chance pour la suite les topains !

    Répondre
  4. thibaudry |

    J’ aime bien le coucher de soleil finit d’emballer le paquet cadeau Je vous imagine bien tous les deux.Pas chaud .Bonne route.

    Répondre

Qu'en pensez vous ?

  • *