Parc National de Shatsky

Dans Parc national 4 commentaires

Nous avions planifié notre étape à Włodawa depuis le début. Cela devait être un point de départ idéal avant de franchir la frontière pour se rendre en Ukraine, au Parc National de Shatsky à 25 km à vol d’oiseau. Sans-doute aurions-nous dû mieux regarder la carte. En effet, pour se rendre en Ukraine dans la légalité, il faut aller 60 kms plus au Sud à hauteur de Dorohusk. On se renseigne un peu, nous apprenons qu’il est interdit de franchir la frontière à pied et qu’aucun bus au départ de Włodawa, Chełm ou Dorohusk ne le fait non plus. Le stop est bien aléatoire et le taxi, possible bien qu’illégal, un peu cher. Nous nous dirigions vers cette dernière et unique solution avant que Tadeusz se propose de nous y emmener pour un prix qui remboursera tout juste ses frais d’essence sans compter le temps passé (on y reviendra). Il justifie cette sainte propositon par le fait qu’il sera seul à la maison ce dimanche et qu’il n’a rien d’autre à faire. Pour passer la frontière,  comptez deux heures. Nous quittons l’espace Shengen et on le sent passer. Nous qualifierons les contrôles de méticuleux. Tout est matière à soupçons, Tadeusz doit bien argumenter pour justifier le transport de deux Français mais sans-doute moins que s’il n’avait pas glisser un petit billet de 10 Hryvnia entre deux passeports. Nous arrivons à Shatsky après 180 kms, rappel: 25 kms à vol de Buse. Tadeusz continuera de nous aider afin de trouver quelque part où dormir. Ce n’est pas simple car les touristes sont nombreux lors de ce gros week-end (lundi férié). Il s’en retournera en étant bien sûr de nous avoir laissés entre de bonnes mains. Un très grand merci à toi Tadeusz.

Oui, entre de bonnes mains. Lesya, la maman, a délégué la visite du camping en anglais à Orysia et Bogdana. Une demie-heure après nous être installés, nous sommes chaudement invités à manger du poisson provenant du Lac et à boire quelques shots de vodka. Nous faisons la rencontre de Jaroslav, le petit-ami d’Orysia. Nous fraternisons. Bud’mo! Nous profiterons de l’après-midi pour aller nous baigner dans le plus grand lac de la région à 20 mètres du camping. Le soir, le frère d’Orysia, Jaroslav également, nous emmène à Shatsky pour aller voir le concert de Dzidzio, l’idole de Bogdana et très populaire dans l’ouest de l’Ukraine. Il clôt le festival folklorique de Shatsky. Pas transcendant, mais l’ambiance est sympa sous le soleil et les tilleuls en fleurs.

Le Parc National de Shatsky s’étend sur 49000 hectares. Il est caractérisé par la présence de 22 Lacs, le plus grand étant le Lac de Svitiaz (2800 hectares). Plus de la moitié de la surface du Parc est couverte par la forêt, le reste étant constitué de prairies et de marais.

Il faudrait se replonger dans la législation commune à tous les PN UICN II, toujours est-il que de nombreuses pratiques interdites ailleurs sont autorisées ici, ou du moins tolérées. L’importance touristique des lieux et la manne financière qui l’accompagne en sont peut-être la clé. Il en va ainsi pour la baignade, la pêche, la cueillette des fruits (myrtilles, fraises des bois) et des champignons (y a des Girolles) . Ce n’est sans-doute pas sans incidence. Le cordon de roseaux qui ceint le grand Lac est coupé tous les 20 mètres par une nouvelle plage. Pas l’idéal pour la tranquillité des oiseaux qui y sont inféodés et dont l’habitat se raréfie.

Après une journée d’orages continus, nous profiterons du troisième jour pour louer des vélos et faire le tour du Lac de Svitiaz. Le départ est exclusivement forestier, dans les plantation de Pins. Les petites zones marécageuses avec Bouleaux et clairières sont plus intéressantes. A la sortie de la forêt, nous nous retrouvons près du Lac dans une grande prairie parfaite pour le Râle des genêts, la Bergeronnette printanière, le Pipit farlouse, le Busard des roseaux  ou le Vanneau huppé.

La seconde journée dehors se fera à pied. Nous quittons Svitiaz par un sentier, qui traverse des prairies bordées de canaux. On observe tranquillement un Renard en quête de nourriture. On notera également la présence des Cigognes blanches abondantes comme les Pies-grieches écorcheurs, du Traquet motteux , du Rossignol progné et du Crapaud calamite en limite Est de son aire de répartition. Les paysans s’occupent des foins dans les parcelles les moins humides. Et nous rentrons par la forêt.

Le soir, nous partagerons une dernière soirée, autour d’un barbecue, avec nos nouveaux amis. En effet, nous décollons le lendemain matin avec Alexander (le papa) et Sacha. Un nouveau gros coup de main et une nouvelle très longue attente à la frontière.

Merci à tous pour ces bons moments et votre aide précieuse.

Perches, viande en gelée, Salo et Vodka

Sur cette photo se cache un Crapaud calamite

Pano des familles

Le Lac Svitiaz et ses prairies

Bergeronnette printanière

Ferme à Pidmanove

François?

Myrtilles

Girolles en rond de sorcières

Pas pris le temps de chercher. Une idée?

Le Lac Svitiaz

Maîtrise totale des réglages techniques. Jaroslav, Orycia, Bogdana, Jaroslav, Lesya

4 commentaires

  1. Gash |

    Salut ! Ca fait longtemps que je vous ai pas laissé un petit message (je mangeais des Croustichaud et des Capitaine Choc) ! Mais je ne comprends pas pourquoi tu ne parles pas de ce Malien que vous auriez rencontrés ! :-/

    Répondre

Qu'en pensez vous ?

  • *