Parc National de l’Una

Dans Parc national 1 commentaire

La légende raconte que la rivière Una fut nommée par les légionnaires romains qui, lorsqu’ils virent pour la première fois ce cours d’eau, s’écrièrent : « Una ! La seule, l’unique ! ». Afin de préserver sa beauté naturelle, la richesse de sa biodiversité et son patrimoine historique et culturel, la partie supérieure de son cours a été proclamée Parc National de Bosnie-Herzégovine en 2008. C’est le seul du pays.

La météo est clémente : il a neigé avant notre arrivée, et dorénavant il pleut. Parfait pour profiter du parc. Zlatan connaît quelques rangers du parc. Il nous propose de contacter Irman, disponible pour nous emmener à la zone protégée, tout en découvrant les points d’intérêts de celle-ci. Moyennant finance, évidemment. Zlatan, avant notre arrivée, a parlé de notre projet à quelques-uns de ses amis. Certains sont intéressés et souhaitent profiter de notre présence pour tourner une vidéo sur le parc, son attrait touristique et faire le lien avec notre voyage. Ils possèdent un site Internet, une chaîne TV, à l’adresse suivante : www.abc.ba. (C’est en bosnien). Leur motivation première est de promouvoir la Bosnie en diffusant de nombreuses vidéos et reportages. Ils ont la volonté de casser l’image habituelle que les étrangers ont du pays, à savoir un territoire récemment encore en guerre avec peu d’intérêts touristiques. Il est vrai que ce pays est assez méconnu, et c’est dommage tant il a de choses à raconter. L’équipe narre et capture des histoires positives de la Bosnie. On accepte évidemment d’être filmés et Amir, caméraman, embarque avec nous (vidéo ci-dessous. Improvisation boîteuse + anglais scandaleux = merci de votre indulgence.) Cette vidéo vaut largement 1000 de nos photos, merci donc aux auteurs !

Lien vers la vidéo http://www.abc.ba/novost/10893/turisti-osjecamo-se-kao-na-nijagarinim-vodopadima 

C’est en tout début d’après-midi que nous décollons de Bihać, direction le parc, avec une jeep également utilisée pour le rafting lors de la belle saison. La première étape n’a rien de naturel du tout (quoique) : on s’arrête chez un ami d’Irman pour tester un petite verre de Rakija. Bien qu’insistant pour ne pas en reprendre un deuxième, celui-ci nous glisse dans la gorge. On se dirige vers Štrbački Buk. La cascade que l’on découvre est superbe, mélangeant bleu, vert et blanc, donnant à l’Una sa couleur si caractéristique. Le débit est fort, dû notamment aux dernières pluies et à la fonte des neiges et c’est logiquement ici que les rafteurs habituels démarrent. En longeant légèrement la rivière, nous atteignons un point de vue nous rappelant étrangement de nombreuses photos touristiques du parc. C’est effectivement ici que sont pris les clichés habillant les brochures informatives dont le but n’est autre que d’attirer le touriste et sa carte bleue. Ouch, nous en sommes.

Nous repartons en jeep. La route est défoncée. La Saxo Bic ou la Clio seraient mortes au feu depuis longtemps. Irman nous raconte plusieurs anecdotes durant le trajet et, apparemment, cela lui donne faim. On s’arrête dans un tout petit restaurant, tenu par un couple d’anciens (ou un ancien couple). On y déguste deux bonnes truites chacun, issues de la pêche de demain. En se dirigeant à pied vers les cascades de Martin Brod, nous faisons escale chez un aîné du village qui possède la dernière « machine à laver » à l’ancienne. En utilisant le débit de l’Una par un subtil système de clapets, il obtient un lave-linge totalement naturel et offrant différentes puissances, selon l’ouverture choisie. Il nous propose la démonstration d’un autre outil, une meule, avec lequel il obtient une farine d’une grande finesse. A 80 ans, le vieux bosnien est encore bien robuste et ne perd pas le sens de l’humour (apparemment, car nous on a rien compris).

On se dirige enfin vers les cascades de Martin Brod. Il s’agit d’une des parties les plus belles et les plus attrayantes du cours de l’Una, et donc du parc national, car le travertin y a créé de nombreux canaux, rapides et ilôts ainsi que plusieurs grandes chutes d’eau. C’est là que se trouve la plus grande cascade de la rivière, haute d’environ 54 mètres, qui se déploie en de magnifiques petites chutes. La découverte du parc se termine par un petit tour via l’Unać, affluent de l’Una. Une église orthodoxe plus loin et nous reprenons la route vers Bihać. La nuit tombe.

Nous aurions aimé découvrir plus en profondeur le parc de l’Una, notamment sa faune et sa flore que nous n’avons pas du tout explorés. Cependant, grâce au concours d’Irman, la journée fut prolifique et donne un bel aperçu de la richesse naturelle de cette zone. Merci à lui, à Deni et bien sûr à Zlatan pour son gros coup de pouce. Nous vous invitons fortement à venir découvrir la Bosnie !

Un commentaire

  1. Anne Leroy |

    Quels paysages superbes… Toute cette eau…. Si pure, si limpide… Je confirme que la Bosnie est vraiment un pays à découvrir.. Lors de notre séjour en Croatie, nous avons juste été voir le pont de Molstar. Merci de faire partager ces pays … et bonne route.

    Répondre

Qu'en pensez vous ?

  • *