Parc National de Đerdap

Dans Couchsurfing, Parc national 2 commentaires

Au revoir les Balkans, bonjour l’Europe Centrale. Notre arrivée à Kladovo est l’occasion de rencontrer le Danube. Le moment est venu de confronter la réalité et notre imaginaire devant le fleuve mythique qui apparaît au bout de la rue, entre deux maisons. C’est donc toi vieux brigand! Nice to meet you. Le Danube est une frontière pour certains mais comme tout les grands fleuves, c’est surtout un monde à part entière. Nous y reviendrons…

C’est dans les collines des alentours que nous allons passer l’essentiel de notre séjour. Ivan a une maison de campagne à Petrovo Selo en plein cœur du Parc National. C’est ici qu’ont vécu ses arrières grands-parents. Il nous autorise à y camper. Dragan, l’ami de toujours, nous indique un sentier pour rejoindre Tekija et intercepter Yiannis à sa descente du bus. 6 ou 7 kms tout au plus. Après avoir suivi les instructions à la lettre nous décidons de faire demi-tour et demander à Yiannis de prendre un taxi pour nous rejoindre. Le bide.

Après avoir repris quelques infos, nous reprenons le même sentier le lendemain pour en profiter cette fois-ci. Le sentier n’est jamais plat. Les paysages sont très agréables, les petites forêts, les prairies, les landes se succèdent.  Il ya bien quelques maisons mais elles sont presques toutes abandonnées. Parfois le Danube apparaît. Les densités de Pie-grièches écorcheurs sont démentielles, les Bruants ortolans et proyers sont chez eux et le revendiquent. Les Tortues d’Hermann sont également très faciles à observer. Il faudra donc peut-être 17-18 kms pour rejoindre Tekija (bien vu Dragan ;) ) au bord du Danube. Une bière et un repas réparateurs plus tard, nous nous installons sur la plage pour camper. On n’est pas mal!

Suite à une incompréhension avec le chauffeur du bus (nous voulions voir les Portes de fer) nous atterrissons à Donji Milanovac, la grande ville au milieu du Parc qui accueille son principal centre d’informations. Renseignements pris, rien n’est jouable pour notre équipe renforcée. C’est donc demi-tour inévitable. On improvisera une petite rando aux alentours de Tekija, dans un secteur plus désertique, avant d’explorer les abords de la maison d’Ivan. D’abord dans les prairies qui bordent le ruisseau,  apparemment parfaites pour le Râle des genêts. On file ensuite dans les bois qui offrent quelques images à Yiannis ravi par la lumière. C’est l’occasion aussi d’observer le Pic cendré et le Gobemouche à collier.

Yiannis

Nous avons eu la chance de rencontrer Yiannis à Sofia, chez Eirini. Il est photographe documentariste et réalise, comme il le dit lui même, le projet de sa vie: un tour du Monde. Notre projet l’intéresse et comme son programme est souple, il envisage de faire un bout de chemin avec nous avant d’aller à Budapest. Son voyage de ville en ville manque de nature à son goût, il sera servi. Nous serons les acteurs improbables d’un court métrage à voir bientot au Festival du film scandaleux. Nous vous invitons vivement à vous rendre sur son site internet, Worldgrapher, ce mec est hautement intelligent, talentueux et accessoirement très sympa. Nous remercions donc le hasard de nous avoir permis de le croiser.

De nouvelles photos bientôt…

Petrovo Selo

Maison d’Ivan à Kladovo

Au bord du Danube

Yiannis

2 commentaires

  1. Gab |

    Comme ça à l’air calme et reposant!

    Les températures ça va? Parce que en France on est loin des normales saisonnières…

    Bonne route :)

    Répondre
  2. Anthony |

    Les joies de l’agriculture extensive… Les prairies ont l’air très jolies, le Danube aussi mais ça on le savait :)

    Bonne route

    Répondre

Qu'en pensez vous ?

  • *