Nationalpark Skjern

Dans Parc national 1 commentaire

Un nouveau covoiturage bienvenu nous conduit de Flensburg à Vejle au Danemark. L’étape improvisée et le manque de couchsurfers nous conduisent tout droit à l’unique camping de la ville pour un prix très élevé. Globalement le Danemark c’est cher. Le lendemain, c’est en stop que nous poursuivons notre chemin, la route est plutôt directe jusqu’à Skjern. Une première voiture jusqu’à Billund et son Legoland et une seconde pour Tarm à 4 kms de notre destination finale.

Sincèrement, impossible de savoir si la classification de la zone en Parc National est effective. On a compris qu’elle est imminente depuis 4 ans et régulièrement repoussée. Le Parc se situe à l’Ouest du Danemark, à 150kms de la frontière allemande. Il est simplement séparé de la Mer du Nord par le Ringkøbing Fjord, vaste lagune. La zone protégée s’étend aujourd’hui sur 248 km², mais c’est dès 1987 que le parlement danois a lancé une stratégie de restauration des habitats autour de la rivière Skjern, de son embouchure dans le Fjord  jusqu’à la ville de Borris. Dans les années 60, le secteur a été progressivement modifié pour faciliter le développement d’une agriculture intensive par le biais de canalisations, drainages, digues… Le plan passait par l’acquisition des terres pour ensuite entamer les aménagements. Par exemple, supprimer les digues, rendre le cours initial à la rivière Skjern et à ses affluents, reconversion des cultures en prairies… Cette décision a notamment été motivée par l’importance que revêt la zone pour l’hivernage et le repos des oiseaux en migration ainsi que pour les populations de Saumon atlantique. C’est d’ailleurs autour de la pêche qu’est axée la politique touristique.

Les quelques infos prises à Skjern nous dirigent vers une place de camping gratuit, dans la zone protégée. Sur le chemin, nous pouvons profiter du paysage et des lumières du soir. L’emplacement qui nous attend est  bien aménagé, une place pour faire du feu et des abris pour se protéger de la pluie. Notre télévision est une vaste prairie qui borde la rivière. Pas mal.

Le lendemain, on se dirige d’abord vers le fjord et un observatoire. C’est l’occasion de mesurer que la migration est bien commencée pour les limicoles. Sur le chemin du retour après avoir niché dans le nord de l’Europe. Les Bécassines, Pluviers, Chevaliers défilent. Plusieurs bacs manuels permettent de traverser facilement les cours d’eau. On parcourt le marais jusqu’à une maison de la Nature où se tient  une expo permanente sur la faune du Parc. C’est en danois mais c’est vraiment bien fait. Plus loin, on rejoint un autre observatoire au bord d’un étang peu profond et attractif pour les Spatules, les Canards, entre autres. La fin de la boucle nous ramène au domicile en longeant la rivière. Le début de soirée sera animé par des chasseurs qui travaillent la qualité de leur tir. Pour l’instant, les Canards sont en argile. La configuration très en longueur du Parc n’est pas idéale pour nous et nous ferons l’impasse sur la partie Est, plus dans les terres.

Pour notre troisième nuit, nous nous dirigeons vers un camping payant mais plus abordable que celui de Vejle, puisque prendre une douche est devenu plus que nécessaire, pour nous et pour la santé de notre prochain hôte. La chaleur nous anesthésie. C’est une de ces journées où le fin du fin est d’aller pêcher le goujon les pieds dans l’Erve. Ce sera finalement l’occasion de faire un footing, histoire de voir si on sait encore courir. Sans-doute la meilleure idée qui soit quand on n’a pas couru depuis 6 mois et qu’il fait un temps pareil. Ça se terminera dans le dur.

En arrivant

Skjern

En allant vers la lagune

Expo

Nos colocataires

Le domicile

Ringkøbing Fjord

La télé

Un commentaire

Qu'en pensez vous ?

  • *