Mercantour annulé : Nice – Menton à pied

Dans Surprise 8 commentaires

Changement de programme! Les conditions climatiques nous obligent à faire l’impasse sur le Parc National du Mercantour. C’était à craindre à cette époque de l’année. On a bien une idée pour occuper les quelques jours que nous avons devant nous. Nous la soumettons à Jean-Marc, randonneur local et aguerri, qui valide. Ce sera donc Nice - Menton à pince et avec 20 kg sur le dos. Quelle riche idée! En effet, c’est alerte orange aux intempéries sur les Alpes-Maritimes.

Mercredi: Nice – Plateau de la Justice

Nous attendons le début d’après-midi et une accalmie pour partir sur notre première étape. En temps normal, celle-ci présente l’avantage d’avoir la vue sur la Méditerranée et le Mercantour à la fois. Mais ce jour, la visibilité est quasi nulle et la rando peu intéressante, au moins au début, puisque le coin est très résidentiel et le parfum d’oseille un peu désagréable. Apparemment, les vols y sont nombreux mais les habitants résistent, guettent les chelous et s’organisent sous la bannière de « Voisins vigilants », en relation directe avec la Police. Donc de Nice, suivre le Col de Villefranche, passer par le Mont Vinaigrier pour arriver au Col des 4 chemins et s’engager dans la Route stratégique. Au bout de celle-ci, nous quittons le goudron pour emprunter un chemin de terre et l’urbanisation devient plus lointaine. Il nous mène au Plateau de la Justice pour un camping sauvage et humide.

Jeudi: Plateau de la Justice – Rocagel

Avons-nous dormi? S’il y a un doute, c’est qu’on a dû dormir un peu quand même. Donc, réveil sous la pluie ce jeudi. Ça se calme et on décolle en fin de matinée. Passage par le hameau du col d’Eze, et là ça commence à devenir intéressant du point de vue des milieux. Le maquis est dépaysant et nous entrons dans le Parc Départemental de la Grande Corniche. Pause casse-croûte au Fort de la Revère sous une cabane installée par la Ligue de Protection des Oiseaux dans le but d’observer la migration. Descente ensuite vers la Turbie par un beau chemin, on imagine que la vue y est belle! A notre arrivée, nous nous renseignons sur d’éventuels logements mais ceux-là sont trop chers ou pas disponibles. Nous nous remettons donc en marche et nous passons au-dessus de Monaco, en longeant le terrain de golf puis Rocagel, domaine appartenant à la famille princière. C’est par là que nous établissons notre camp, dans des conditions de confort sans doute un peu différentes de celles de nos plus proches voisins. Dans la nuit, la pluie redouble et nous aurons la surprise, au réveil, de voir qu’un ruisseau s’est formé à 5 mètres de la tente.

Vendredi: Rocagel – Sainte Agnès

Départ vers midi et pour changer, il pleut. Nous passons sous le sommet du Mont Gros pour emprunter un chemin, dans le maquis, qui surplombe la mer, Monaco et Roquebrune. Si on fait abstraction de l’urbanisation continue en contrebas, le décor est très beau, quand on peut l’apercevoir. Nous rentrons ensuite un peu plus dans les terres, passage par le Col de la Coupière et direction vers le charmant village de Gorbio. Nous en en profitons pour nous réhydrater dans un café. Un Orme trône sur la place. Il est complètement creux mais bien en vie. D’après les inscriptions, il fête ses 300 ans cette année. Respect Vieux! Poursuite alors vers Ste Agnès, ça grimpe sévère au départ et l’eau dévale le sentier. Ste Agnès revendique d’être le plus haut village d’Europe du littoral. Le village est très beau et très vieux. Le tourisme doit y être important à la belle saison, à en juger par le nombre de commerces et les moyens mis dans la restauration des rues et des bâtiments. Il y a de très belles vues sur les monts alentours, le Mercantour, la vallée et un sacré balcon sur la Méditerranée. C’est la rencontre des paysages alpin et méditerranéen. Même chose pour les piafs, la Fauvette mélanocéphale côtoie l’Accenteur alpin et l’Aigle royal. Le soir, ce sera une nuit d’hôtel au St Yves pour Naciako qui s’embourgeoise dangereusement. La nuit est abordable et le confort correct mais nous vous déconseillons les plats « terroir » ou « bien de chez nous » véritables attrape-couillons que nous sommes.

Samedi: Sainte Agnès – Menton

Côté météo, on vous laisse deviner… Nous manquons de courage pour aller voir les ruines du chêteau au-dessus du village ou pour rejoindre Menton par le GR. C’est sans-doute plus intéressant mais c’est plus long. Nous optons pour la descente directe et rapide vers Menton, le sentier est sympa aussi.

Ce que nous avons fait en 4 demi-journées, il est tout à fait possible de le faire en 2 jours. C’est mathématique. Malgré la météo et nos sacs qui nous ont un peu accablés, nous ne regrettons pas cette solution de rechange. Nous vous la conseillons même.  Il est certainement intéressant de partir hors saison et d’un peu plus loin afin de traverser les régions de Grasse et Vence par exemple.

On regrette évidemment de ne pas pouvoir silloner le parc du Mercantour, objectif de départ. Cependant, il sera plus facile d’y revenir plus tard et, finalement, c’est un moindre mal de rater le parc français. Espérons simplement que ce soit le seul !

Vue du campement n°1

Les intempéries alimentent les cascades

 

Gorbio

Orme tricentenaire

Sainte Agnès

Sainte Agnès

Depuis Sainte Agnès

Crocus sp. Avis aux botanistes

Orchis géant. (merci François)

Opération séchage

 

 

 

 

 

 

 

 

8 commentaires

  1. Sofita |

    Vous avez eu beaucoup de courage tous les deux d’avoir affronter les intempéries!! Mais votre périple avait tout de même l’air sympa!! Des bisous

    Répondre
  2. Giraudeau |

    L’aubépine de Saint Mars sur la futaie, bien plus vieille (plantée en l’an 300! est-ce possible?)que l’orme de Gorbio ne paie pas me mine par rapport à l’orme précédemment nommé.
    Et le nom des fleurs s’il vous plait?
    Bisous

    Répondre
  3. FREULON |

    Eh bien, vous voilà rincés, trempés, lavés. Je pense que vous serez contents de trouver le soleil le jour où il viendra. Courage ! le printemps va arriver. Nous sommes (entre deux eaux) à vous envier de voir tant de choses et à vous plaindre de devoir vous déplacer par ce temps et chargés (de bons souvenirs) !

    Répondre
  4. Morgane |

    Tu aurais du attendre une semaine!! on se serait vu et maintenant il fait beau!! :) en tout cas superbe vos photos.

    Répondre
  5. jojo |

    a saint Agnès on se croirait dans un petit village en Espagne!
    après la machine à laver il vous aurait fallu trouver un sèche linge!
    je vous souhaite de trouver le soleil pour réchauffer vos vieux os!!!

    Répondre
  6. thibaudry |

    bravo pour cette superbe balade rien de t’ elle de s’impreinier decouvrir un paysage ,surtout avec un gros sac sur le dos . Dommage pour le Mercantour ,pour une autre fois

    Répondre
  7. Cudennec François |

    Bonjour les gars, votre orchidée est barlia robertiana ( orchis géant) Elle fleuri dès le mois de décembre dans le sud.
    Bonne route.
    François

    Répondre

Qu'en pensez vous ?

  • *