L’Autriche

Dans Couchsurfing, Parc national Pas de commentaire

Bon, on va pas vous bricoler un article avec deux capsules et un bout de ficelle, y’a déjà « Aujourd’hui en France » qui le fait très bien. Car notre passage autrichien est plutôt vide de contenu et plein de flotte. La faute à une météo très humide. Notre arrivée sur Vienne démarre pourtant sur de bonnes bases. Le temps est clément et la ville plutôt agréable. On passe la soirée et la nuit chez Maria, contact donné par Marie lors de notre passage à Florence. Bel appart, tout proche du centre.

Le lendemain, on décide de prendre la direction du parc national Danube-auen. Mais Vienne est également une étape capillaire importante. Si l’on a apprécié la Puzta hongroise et ses hautes herbes, on souhaite tout de même passer chez le coiffeur pour revaloriser nos trous de cheveux. Ce sera chose faîte avant de prendre la direction de Orth an der Donau ou siège le centre d’information du parc. La map récupérée est bien claire. Le camping sauvage est interdit mais un site est défini, au sud de Stopfenreuth, pour pouvoir y planter quelques sardines. C’est le terminus de notre bus. Après une petite marche forestière nous arrivons au lieu dit. Un bâtiment en forme d’haricot a la bonne idée de proposer bancs, tables et surtout un abri. Il est tourné vers le Danube. La tente est montée et ce n’est que le lendemain matin que le concert pluvial joue ses premières notes, plutôt Drum&Bass. On se lance dans une randonnée traversant le Danube, le longeant, pour enfin prendre de la hauteur et offrir une vue imparable sur Vienne et probablement Bratislava. Ça, c’est par temps sec et dégagé. Le chemin est vraiment agréable mais la pluie et le vent plombent le spectacle. C’est retour à la mi-journée au campement et opération séchage sous l’abri. Pas grand chose à faire si ce n’est regarder le ballet incessant des bâteaux, tantôt marchands, tantôt touristiques, qui se joue sur le fleuve. Une nouvelle nuit et on plie, le lendemain matin, une tente gorgée d’eau. Retour à Vienne plus tôt que prévu pour passer une nuit dans une auberge de jeunesse bien chère : ce sera razzia sur le petit dej’ pour compenser. Note positive : on rencontre Ronan, israélien en voyage, qui nous livre quelques conseils sur les bonnes adresses viennoises. Nous n’en ferons rien, préférant rejoindre au plus vite la République Tchèque pour, croit-on, ratrapper le soleil.

Avant la douche

Ceci n’est pas une forêt

Bras du Danube

Cet article est un prétendant sérieux à la Plume de plomb 2013

Qu'en pensez vous ?

  • *