A Bitola, chez Bojan

Dans Couchsurfing 2 commentaires

La Macédoine et la Grèce ont des relations plutôt tendues. Ça se dispute sur plusieurs points. Tout d’abord, le nom du pays. Officiellement, la Macédoine est l’Ancienne République Yougoslave de Macédoine (ARYM), suite à un différend avec la Grèce et la région de « Macédoine historique ». La France ne reconnaît que l’ARYM. Le sujet est assez complexe. Au lieu de copier/coller du Wikipedia, les plus courageux iront voir par eux-mêmes ici. D’autres litiges existent : la première version du drapeau macédonien, avec l’utilisation du Soleil de Vergina ; l’origine d’Alexandre le Grand, tiraillé, malgré lui, entre les deux pays…

Tout ça pour dire quoi ? Pour annoncer qu’il n’y a pas de connexion entre la Macédoine et la Grèce, pourtant frontalières. Un départ de Skopje pour Thessalonique existe, 3 fois par semaine. Pour le reste, rien. Nous avons donc deux choix (en éliminant Skopje, pas vraiment sur notre route) : retourner en Albanie pour récupérer un bus pour Thessalonique ou bien nous diriger vers Bitola, non loin de la frontière grecque, pour traverser celle-ci à pied et attraper le train grec. Nous optons pour la deuxième solution, et nous avons bien fait.

Bitola est la deuxième plus grande ville de Macédoine avec 90 000 habitants, loin derrière l’indétrônable capitale. Située a 15 kilomètres de la frontière grecque, elle est bordée à l’ouest par le parc national du Pelister. On est donc intéressé. On rencontre Bojan, le quart de siècle, qui nous héberge chez ses parents. Il a travaillé aux USA et son anglais fluide tranche avec le notre, toujours un peu hésitant mais cependant en net progrès. Bojan suit le football et nous propose de regarder Bayern – Barcelona en Ligue des Champions. Il nous avoue qu’il craignait que l’on ne soit pas intéressé, et qu’il soit obligé de zapper ce match sur lequel il a mis une petite pièce, en bon parieur Macédonien. On fait la connaissance de son frère, Alexander, papa depuis 4 mois, et de ses parents, Cvetan et Violeta, devenus papi/mami à la même échéance. Drôle de coïncidence. La suite de la soirée se termine avec les amis de Bojan. La ville n’est pas si grande, mais niveau « dynamique nocturne », Bitola renvoie Laval en CM2.

Le lendemain, Cvetan prend de son temps pour nous emmener au parc national du Pelister : vraiment sympa. Le parc a été fondé en 1948 et sa superficie est de 120 km². Il couvre une grande partie du mont Baba, qui culmine à 2 601 m au pic Pelister, qui lui a donné son nom. La création du parc a été principalement motivée par la présence de forêts de Pins de Macédoine, espèce endémique de la région. On effectue une petite randonnée avec Bojan, une partie du « Rocky trail », le temps d’observer quelques écureuils se tirant la bourre. On arpente le chemin jusqu’à une station de ski ayant récemment brûlée. Petite pause solaire, histoire de cramer nos premiers tissus de peau. On retourne en bas, traversant les pins Macédoniens restés sagement en place. Cvetan nous ramène à Bitola, où l’on prend un Nescafé froid sur la rue piétonne la plus prisée du pays : Chirok Sokak.

Le soir, fait étonnant : Bojan et son pote Igor nous demandent si l’on sait jouer à la Belote. Of course. Quelques détails diffèrent, on s’adapte. Pendant ce temps-là, le Real explose à Dortmund. Belote et rebelote pour l’Allemagne.

Comme si Bojan et ses parents ne nous avaient pas aidé suffisamment : Cvetan nous dépose à la frontière, pour rejoindre la Grèce. Grand merci à Bojan pour son accueil, à Violeta pour ses petits plats et à Cvetan pour le temps passé pour nous. Egalement, bons débuts à Christian, le petit dernier de la famille et bon courage aux parents !

Parc National du Pelister

Pin de Macédoine

Carré d’As

Bojan, et son pote Igor

2 commentaires

  1. joseph |

    Salut. Je suis impressionné par votre parcoure et surtout par l’accueil de toutes ces familles, qui deviennent des amis ,avec des bons moments passes ensemble. C’ est mieux que facebook. salut.

    Répondre

Qu'en pensez vous ?

  • *